L'oral (généralités)

 

Plan de la page

 

Les épreuves qui peuvent tomber à l'oral

 

Quelques conseils

 

Tenue vestimentaire

 

Le frein de langue

 

La déglutition atypique

 

Les épreuves qui peuvent tomber à l'oral

C'est bon, vous avez eu un écrit (voire plus) et vous avez reçu une convocation pour passer un oral : vous faites partie de ce tout petit nombre d'élus, ce petit pourcentage cruellement ridicule dont tout le monde voudrait faire partie ! Félicitations ! Mais, désolée, la galère n'est pas encore terminée ! Déjà parce que, dans certaines villes, il y a encore des épreuves écrites le jour de l'oral (on aime tellement ça !). Ensuite et surtout parce qu'un oral, mine de rien, ça se prépare...
Quoi ? Vous pensiez que vous alliez vous contenter de raconter votre vie devant une gentille petite madame ?
Offrez-vous cinq minutes pour déguster ce début de victoire qu'est la réussite des épreuves d'admissibilité et mettez-vous au boulot !


Histoire de vous mettre l'eau à la bouche, voici un éventail des réjouissances :
_ la rétention :
on vous lit une seule fois une phrase ou une liste de mots ou de chiffres que vous devez répéter ; s'il s'agit de mots ou de chiffres, il y en a environ une dizaine et on peut vous demander de les répéter dans un sens ou dans l'autre ; quant aux phrases, elles sont assez complexes et il est très difficile d'en retenir la totalité : si vous n'avez pas réussi à retenir correctement la phrase qui vous a été donnée, ne paniquez pas, expliquez le sens de la phrase, montrez que même si vous n'avez pas bien retenu, vous avez au moins compris de quoi il s'agissait
_ le mime (afin de tester vos capacités d'expression, votre créativité...)
_ les jeux de rôles (pour réaliser une analyse psychologique de votre personnalité)
_ les histoires séquentielles : remettre des images dans l'ordre et raconter l'histoire à un enfant (lorsque vous racontez l'histoire, tenez compte de l'âge de l'enfant : vous ne raconterez pas de la même manière devant un enfant de 4 ans que devant un enfant de 8 ans ; mettez-vous en situation, vous n'aurez pas d'enfant devant vous, mais faites comme si c'était le cas : adaptez votre vocabulaire, asseyez-vous par terre pour vous mettre à sa hauteur etc. c'est assez déroutant mais c'est ce qu'il faut faire !)
_ description d'images, de photos : d'abord précise, sans aucune interprétation, puis remettre les images dans leur contexte et exprimer ce qu'on ressent (soyez positif, pas de pessimisme ! ne critiquez pas non plus le choix de la photo)
_ raconter une histoire à partir d'une image ou d'une liste de mots imposés (vous n'aurez pas de temps de préparation alors entraînez-vous ! l'histoire doit être assez simple car elle s'adresse à un enfant ; trouvez un dénouement logique et surtout heureux !)
_ expliquer des mots à un enfant plus ou moins âgé (par exemple, le mot « handicap » ; comme pour les histoires séquentielles, faites comme si vous aviez réellement un enfant devant vous)
_ expliquer ou compléter des proverbes
_ dessiner un arbre ou un bonhomme (pour l'arbre, le problème est qu'il y a diverses interprétations possibles pour un même dessin mais ne paniquez pas, faites comme vous le sentez, de toute façon, ce n'est pas souvent demandé et l'interprétation se fait en tenant compte de votre discussion avec le jury ; pour le personnage, dessinez un personnage en entier, qui vous ressemble et qui soit souriant)
_ lire à voix haute
_ lire un texte sans ponctuation
_ participer à un débat (le sujet est plus ou moins en rapport avec l'orthophonie ; vous avez 20 à 40 min de discussion puis vous devez faire un bilan sur votre place dans le débat, votre écoute des autres, votre acceptation des idées des autres, etc.)
_ chanter (chant pour enfant et/ou pour adulte ; choisissez une chanson que vous puissiez justifier et rapprocher de l'orthophonie ou des aptitudes que l'on vous demande d'avoir en orthophonie)
_ chanter une gamme ou le la (on ne vous demande pas d'être un ténor mais on s'attend à ce que vous chantiez juste...)
_ remettre des sons dans l'ordre (du plus grave au plus aigu)
_ reproduire des sons
_ répéter des logatomes (c'est-à-dire des mots inventés, qui ne veulent rien dire)
_ reproduire des rythmes
_ parler d'une lecture (analyse mâture : pourquoi ce choix, lien avec l'orthophonie...)
_ écrire ce qui nous passe par la tête (pour voir votre écriture, votre psychologie ; ne tombez pas dans la banalité genre « il fait beau » ni dans une vision négative)
_ citer, pour un mot donné, les consonnes dans l'ordre alphabétique et les voyelles dans l'ordre d'apparition


Comme vous pouvez le constater, les épreuves de l'oral sont très variées. Mais ne vous inquiétez pas, vous n'aurez pas toutes ses épreuves mais quelques unes d'entre elles. Elles changent suivant les écoles et les jurys, sauf la chanson qui est apparemment demandée systématiquement. N'oubliez pas que vous devez toujours vous montrer positif, optimiste.

Pour ce qui est de l'entretien à proprement parler, le temps dont vous disposez est assez court (10-15 min) même si le stress vous donnera l'impression que cela dure une éternité. Pour vous donner une idée, c'est grosso modo le temps donné à l'oral de Français en première.

 

Quelques conseils


_ avant de passer l'oral, vous vous retrouverez avec les autres candidats : au lieu de vous mêler à la foule, essayez de vous mettre au calme (le stress est particulièrement communicatif )
_ lorsque vous entrez dans la salle, soyez souriant et poli (avant de vous asseoir, n'oubliez pas de demander la permission : certains jury demandent aux impolis de se lever et de faire l'oral debout, histoire de leur apprendre les bonne manières)
_ ne faites pas un roman, allez droit au but
_ essayez de parler lentement (pas toujours évident quand on est stressé)
_ n'utilisez pas d'abréviations (pas de « j'ai un bac S, ES,... » mais « j'ai un baccalauréat scientifique, économique et social... »)
_ ne dites pas « les sourds », « les handicapés » mais plutôt « les personnes déficientes auditives », « les personnes handicapées » (sinon, vous définissez la personne uniquement par son handicap)
_ votre oral doit suivre un ordre logique, il doit être structuré (préparer un plan est souvent déconseillé, par contre, vous pouvez préparer une liste de points à évoquer, mais n'apprenez pas de phrases par cœur car il faut que vous restiez naturel ; de plus, si vous êtes interrompu, vous risquez de perdre vos moyens)
_ des rumeurs selon lesquelles on vous poserait des questions déplacées ou surprenantes telles que « êtes-vous vierge ? » courent souvent mais n'y prêtez pas attention
_ le jury est généralement aimable et ne cherche pas à vous brusquer (si vous avez une trentaine d'année voire plus, il vous « titillera » peut-être davantage que les plus jeunes)
_ veillez toujours à regarder le jury dans les yeux, s'il y a plusieurs personnes, adressez-vous à tous (parfois, quand ils sont plusieurs, l'un d'entre eux peut rester muet mais n'oubliez pas de vous adresser aussi à lui)
_ s'il n'y a qu'une seule table pour vous et le jury, alors n'y touchez pas (c'est son territoire !)
_ ne croisez ni les jambes ni les bras (pour les filles, croiser les jambes est presque un réflexe donc vous pouvez à la limite vous le permettre, mais ne croisez jamais les bras, cela montre un manque d'assurance et un renfermement sur soi : posez vos mains sur vos genoux)
_ ne vous précipitez pas, prenez le temps de réfléchir : avec le stress, on a tendance à croire que tout se passe lentement alors que généralement, on va très vite (quand on vous pose une question, prendre quelques secondes pour réfléchir sera mieux perçu que répondre à côté de la plaque en bafouillant)
_ ne mentez jamais ! Ethiquement, c'est très contestable et stratégiquement, c'est suicidaire.

 

Tenue vestimentaire


N'oubliez pas que votre tenue reflète votre personnalité alors évitez ce qui fait négligé ou trop extravagant. Pour les filles, essayez d'être féminine sans en faire trop : une touche de maquillage, un collier si votre haut est un peu échancré, les cheveux de préférence attachés. Mettre un jean est fortement déconseillé et les tongs sont évidemment à proscrire. Ne vous déguisez pas non plus en petite fille sage : n'oubliez pas qu'il faut rester naturel. Et puis une tenue dans laquelle vous ne vous sentez pas bien, c'est un facteur de stress superflu. Prenez éventuellement une tenue de rechange : une tache ou un collant abîmé, ça arrive !

 

Le frein de langue

On m'a récemment posé des questions à propos de frein de langue trop court et comme c'est éliminatoire pour les concours, j'ai pensé qu'il serait bon d'en parler...

Le frein de langue, c'est quoi donc ?
Le frein de langue, c'est un voile fibreux qui relie la langue au plancher buccal: c'est-à-dire le tissu qui retient votre langue quand vous la levez.

]Et quand c'est que ça devient pas bien ?
Quand vous avez la bouche grande ouverte, votre pointe de langue doit pouvoir toucher le haut de votre palais et vous devez pouvoir toucher le haut de votre lèvre supérieure.

Et comment qu'on fait si c'est pas bien ?
Vous avez deux choix: soit la chirurgie (on coupe le frein de langue) mais apparemment il peut y avoir des problèmes de repousse, soit vous pouvez l'étirer.

Loin de moi l'idée de remplacer un orthophoniste (hey ! je suis qu'étudiante en première année !) donc si vous prenez le deuxième choix, je vous conseille évidemment d'aller demander à un praticien diplômé.
Cela dit, en attendant, d'après un de mes profs, vous pouvez utiliser la technique de "la ventouse". Comme son nom l'indique, votre langue doit faire ventouse sur votre palais tandis que vous ouvrez progressivement la bouche.
Vous pouvez aussi passer votre langue sur votre palais, d'avant en arrière, en faisant comme si vous vouliez essuyer fortement votre palais avec votre langue.
Je sais que la version écrite n'a pas l'air franchement évidente, mais vous allez voir, en fait, c'est tout bête.

La photo ci-jointe présente un frein de langue tuméfié (je n'ai pas pu trouver de photo montrant un frein de langue sain), donc évidemment, si vous n'avez pas la petite bouboule c'est tant mieux !

 

La déglutition atypique

Après le frein de langue trop court, une autre chose qui pêche souvent pendant les oraux, est la déglutition atypique.
On parle aussi de déglutition primaire ou infantile mais il vaut mieux éviter ces termes car la déglutition primaire/infantile correspond plutôt à la déglutition normale d'un enfant jusqu'à environ 5 ans.

La déglutition atypique consiste en un mauvais positionnement de la langue au moment de la déglutition: par exemple, la langue s'appuie derrière les incisives supérieures ou s'interpose entre les dents.
Ce peut-être un vestige de la déglutition primaire ou dû à un problème au niveau de la sphère oro-faciale (une fente palatine ou labiale - ce que certains appellent "gueule de loup" et "bec de lièvre"... mais que ne ferait jamais un orthophoniste digne de ce nom!!!)...

Pour une bonne déglutition, il faut que la langue prenne appui sur la petite butte derrière les dents (la papille palatine) et ne surtout pas la dépasser et encore moins toucher les dents à quelque moment que ce soit de la déglutition.

Pour vérifier rapidement si vous avez une déglutition atypique, déglutissez de l'eau devant un miroir, dents serrées, en écartant les lèvres:
l'eau ne doit évidemment pas sortir, mais la langue ne doit absolument pas être visible et vous ne devez pas éprouver le besoin de serrer les lèvres.
Refaites-le avec un solide, pâteux de préférence (le petit Lu est l'idéal).
Enfin, refaites l'exercice en fermant les lèvres: elles ne doivent absolument pas bouger pendant la déglutition.

Ces indications ne sont qu'un bref aperçu de ce en quoi consiste un bilan de la déglutition. Evidemment, comme pour le frein de langue, vous devez aller voir un orthophoniste pour être certain de ne pas avoir de problème et pour qu'il vous indique la marche à suivre (de toute façon, vous devez aller faire un bilan orthophonique avant de passer les oraux, d'abord pour voir si vous n'avez aucun problème mais aussi pour récolter des informations sur le métier).

La rééducation peut nécessiter une dizaine de séances mais c'est variable suivant les personnes. Une orthophoniste m'avait trouvé une légère déglutition atypique, elle m'avait donné quelques exercices et m'avait expliqué ce qui n'allait pas: j'ai pu régler le problème toute seule. En plus, si vous faites attention, vous pouvez passer l'oral sans encombres.
Si vous faites une rééducation, attendez-vous à quelques exercices un peu farfelus (le plus souvent avec un élastique), une amie en prépa avait eu cette rééducation et j'avais cru sur le moment que son ortho était très limite... mais je dois bien avouer que mes cours m'ont montré que tous ces exercices ont une très grande utilité (on dirait qu'en orthophonie, le degré de ridicule est proportionnel à l'efficacité...).

Vous pouvez légitimement vous demander pourquoi on vous ennuierait avec un tel détail...
Vous devez d'abord savoir qu'un adulte déglutit environ 2000 fois par jour ce qui équivaut à 30 minutes quotidiennes. Si votre langue est mal placée pendant la déglutition, et qu'elle s'appuie sur vos dents, cela signifie que, tous les jours, vous exercez 2000 impacts sur vos dents. A la longue celles-ci se déplacent entraînant ainsi de nombreux problèmes orthodontiques. C'est pourquoi de plus en plus d'orthodontistes conseillent à leurs patients de compléter le port d'un appareil par une rééducation orthophonique si cela s'avère nécessaire. Dans le cas contraire, après le retrait de l'appareil, les dents risquent de se déplacer à nouveau et tout est à recommencer... Je sais de quoi je parle, ça a été mon cas (mais j'ai eu de la chance, on a rattrapé le problème avant que ce ne soit la cata' !)...

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement