La prévention en Orthophonie

 

C'est dans les années 70 qu'on a commencé à parler de prévention en Orthophonie.
La transmission de l'éducation ayant évolué, les parents d'aujourd'hui ont des difficultés à remplir leur rôle et certains comportements inadéquats peuvent causer et/ou aggraver un handicap. Il a donc fallu mettre en place des accompagnements, des guides, des repères, etc. et créer un outil de dépistage des troubles très précocement (d'où la création du PER 2000).

Les orthophonistes ont également essayé de théoriser la prévention et ont suivi le schéma de l'OMS dont le premier stade consiste en la formation et l'information. Il faut savoir qu'avant, on se préoccupait très peu du développement du langage dans les crèches, on pensait que l'école règlerait tout (voire... les hormones !):
" il n'aura plus de problèmes d'articulation quand il apprendra à lire puisque ça oblige à articuler", "de toute façon, on parle jamais bien avant 5 ans"...
Certaines mères ne savaient même pas qu'il fallait parler au nouveau-né (après tout, c'est rien qu'un tube digestif !).

A partir de la réforme des études de 1987, la prévention a été incluse dans la formation, ce qui est une très bonne chose car avant que la prévention ne soit reconnue comme une prérogative de l'ortho, il fallait s'insérer dans une équipe médicale (dirigée par un médecin) pour pouvoir en faire.
Mais comme les ortho ne sont déjà pas assez nombreux pour intervenir curativement, ils ne peuvent pas en plus faire de la prévention. Alors on a mis en place des outils de dépistage pour les puéricultrices, les infirmières, etc.
L'intérêt étant que si on diagnostique un trouble avant 3 ou 4 ans, on pourra mieux le prendre en charge.

On a également voulu prévenir les dysfonctionnements des troubles vocaux chez les profs car si un prof a un problème de voix, la qualité de son enseignement s'en ressentira (et puis accessoirement, c'est pas drôle pour lui).
Mais la prévention pourrait encore être étendue à de nombreux domaines et être plus efficace si on avait les fonds nécessaires.

Aujourd'hui, il existe deux types d'outils de prévention:
_ les outils de repérage, qui sont faits par des orthos à l'usage des non orthos:
des tests de l'audition (avant, 7% des enfants avaient des troubles auditifs sans être repérés), des capacités de perception, etc.
Ces outils sont de manipulation simple et rapide (6 à 7 minutes et c'est réglé)
_ les outils de dépistage qui doivent être utilisés par des orthos exclusivement car ils nécessite une écoute clinique plus fine propre aux orthos. Ces outils ne posent pas de diagnostic et doivent, dans tous les cas, être confirmés ou infirmés par un bilan. Ils sont un peu plus long qu'un test de repérage (20 min) mais moins longs qu'un bilan.

 

XXX




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement